Image entête SEPANSO
Logo FNE

Famille des Pélodytidés

Cette petite famille ne compte que trois espèces en Europe.

En Gironde, seul le Pélodyte ponctué est présent.

 

Pélodyte ponctué Pelodytes punctatus (Daudin,1802)

Pélodyte ponctué ou Grenouille persillée

 

Description : « Poids plume »

Ce sont des animaux de petite taille : environ 3,5 cm pour les mâles et jusqu’à 5 cm pour les femelles.

Le Pélodyte ponctué possède un museau arrondi, des yeux proéminents, une pupille ovale verticale. Le dos est verruqueux, le ventre et le dessous des cuisses sont légèrement granuleux. La peau du dos est de couleur variable, allant du vert olive clair au brunâtre, moucheté de taches vertes sur les verrues alors que  la peau du ventre est blanche ou jaunâtre.

 

Chant : « Amateur de pétanque »

Le chant peut s’entendre de janvier à mars puis de nouveau à l’automne, il rappelle le son produit par l'entrechoquement répété de deux boules de pétanque l'une contre l'autre.

Le chant assez faible est émis à terre, à la surface ou sous l’eau. Les mâles forment souvent un chœur.

 

Répartition :

La répartition de cette espèce est très lacunaire, les plus importantes populations s’observent en région méditerranéenne et sur le littoral atlantique. En Gironde, il semble éviter le littoral et les Landes de Gascogne et se rencontre principalement le long de la Garonne, de la Dordogne, de l’estuaire de la Gironde, dans des prairies alluviales, d’anciennes salines (comme le marais du Logit sur la commune du Verdon-sur-Mer).

 

Habitat : « Une grenouille qui ne manque pas de sel »

Le Pélodyte fréquente toutes sortes de milieux : les milieux secs ou légèrement humides, les terrains sableux et très ouverts, notamment des dépressions le long de la côte, des marais saumâtres.

Il se rencontre dans les prairies entourées de bocage des plaines alluviales mais aussi dans des milieux très anthropisés.

 

Mœurs : « Un vrai terrassier »

Son activité est essentiellement nocturne et crépusculaire ; la journée, il se réfugie sous des pierres, des anfractuosités, des terriers de rongeurs ou dans des trous qu'il est capable de creuser dans un sol meuble (il peut s’enterrer à plus de 50 cm).

Le Pélodyte peut faire deux pontes (à la fin de l’hiver et à l’automne). Chaque femelle pond jusqu'à 1600 œufs regroupés en cordons et fixés parmi la végétation aquatique.

 

Menaces : « Un golf l’a mis au fond du trou »

Le Pélodyte est en déclin dans de nombreux départements français. Durant les trente dernières années, 50 % des praires humides ont été asséchées.

Des projets d’urbanisation en bord de Garonne sont toujours prévus, comme le domaine de la Plantation situé à Villenave-d’Ornon qui prévoit l’extension de la zone commerciale, la création d’un lotissement ainsi que la mise en place d’un golf.

 

Statut de protection :

Il est protégé en France.

Le Livre rouge des vertébrés de France le mentionne comme « espèce vulnérable ».