Image entête SEPANSO
Logo FNE

Triton palmé Lissotriton helveticus helveticus (Razoumowsky, 1789)

 

 

Description : « Des palmes aux pieds pour la nuit de noces »

C’est un triton de petite taille, les femelles sont plus grandes que les mâles et peuvent  mesurer jusqu’à 9,5 cm. Le mâle est brun, avec des flancs tachetés de noir, et deux rangées de points entourant une bande orange courent le long de sa queue. Son ventre est orange clair, parfois parsemé de légères taches. Sa gorge n’est généralement pas tachetée. La femelle est de coloration brun pâle et n’est que légèrement tachetée. Son ventre est le plus souvent orange pâle et faiblement tacheté.

Les mâles sont facilement identifiables grâce a deux caractéristiques : le bout de leur queue se termine en un filament de quelques millimètres de long et, en livrée nuptiale, leurs pattes postérieures arborent une palmure noire entre les doigts.

 

Répartition : « Le triton le plus commun de France »

Il est présent sur tout le territoire français excepté la Corse et dans les alpes de haute provence. Il est relativement rare dans la région PACA.

En Gironde, sa densité varie selon les habitats mais il peut être observé sur l’ensemble du département.

 

Habitat : « Un piètre nageur »

Le Triton palmé est une espèce ubiquiste. Ses habitats sont très variés mais se caractérisent souvent par l’absence de courant et la proximité d’un couvert boisé : ornières, étangs, mares, fossés, tranchées de tourbières et plans d’eau marécageux, bassins de carrières, et même les pièces d’eau des jardins.

On retrouve le triton palmé jusqu'à 1200m d’altitude.

 

Mœurs : « La danse de séduction »

Le Triton palmé ne s’éloigne guère de son site de reproduction (la distance maximale parcourue par cette espèce ne dépasse pas quelques centaines de mètres). Le Triton palmé n’est pas un nageur très actif, il préfère se tenir au fond du plan d’eau ou dans la végétation dense. Les tritons palmés arrivent sur leur site de reproduction dés le début du mois de février. L’accouplement et la ponte ont lieu principalement de mi-avril à début juin. Le mâle parade autour de la femelle en agitant et fouettant constamment le filament de la queue et en faisant le dos rond ; puis, il dépose au fond du plan d’eau un paquet de sperme (spermatophore) qui est ensuite recueilli par la femelle. Pendant plusieurs semaines, la femelle va enrouler délicatement chacun de ses oeufs (environ 400 œufs) dans les feuilles des plantes aquatiques. Dès la mi-juin, les tritons adultes quittent le plan d’eau et cherchent refuges sous les tas de bois, dans les cavités.

Le durée de développement des larves est très variable (quelques semaines à trois mois). Les petites larves se nourrissent principalement de plancton animal et d’invertébrés. Au cours des mois de juin ou de juillet, les premiers jeunes tritons arrivent sur la terre ferme.

 

Particularités : « Un sacré flair »

Les tritons possèdent un odorat très développé qui leur permet de retrouver leur mare natale.

 

Menaces : « Les monstres à nageoires »

La destruction des sites de reproduction reste la cause la plus fréquente du recul de ces populations ainsi que  dans certains secteurs l’introduction de poissons pour la pêche.

 

Statut de protection :

Il est protégé en France et classé parmi les espèces «  à surveiller » dans la liste rouge des vertébrés de France.