Image entête SEPANSO
Logo FNE

Communiqué de presse :

le 15 mars 2005

A65, l’autoroute de trop.

La SEPANSO constate avec amertume que l’État, reniant ses propres déclarations sur la nécessaire évolution des modes de transports, se lance à nouveau avec complaisance, sous la pression des élus, dans une nouvelle aventure autoroutière avec un projet de liaison Bordeaux Pau en site neuf, confisquant aux générations futures plus de 2.000 hectares de milieux naturels et 4 millions de tonnes de granulats dont la production aura de graves conséquences environnementales...

Outre la création d’une nouvelle saignée de 150 km dans le milieu naturel, notre association conteste le principe d’une autoroute concédée à péage dont les déficits déjà cyniquement reconnus comme inévitables seront comblés éternellement par les finances publiques. Ceci alors même qu’une amélioration du tracé existant aurait sans nul doute suffi à gommer tous les points noirs du trajet et à améliorer la fluidité du trafic, tout en préservant l’environnement et en offrant une desserte gratuite aux usagers locaux.

La SEPANSO regrette le double langage de l’État et des élus à qui il semble suffire de parler d’environnement et de « développement durable » pour exorciser le mauvais sort, tout en continuant à employer des recettes d’aménagement du territoire vieilles de 30 ans et inadaptées à la situation actuelle.

Après la route de l’A380 financée en partie sur fonds publics, après le contournement autoroutier de Bordeaux décidé en faisant avorter le débat public, l’autoroute Langon-Pau en tracé neuf est « l’autoroute de trop » qui semble démontrer que la France et la Région Aquitaine sont incapables de prendre le virage de la lutte contre l’effet de serre.