Décisions de RFF concernant la LGV Bordeaux/Espagne
Réaction de Jean-Luc GLEYZE, Conseiller Général de CAPTIEUX



RFF vient de faire connaître sa décision concernant le débat public relatif à la LGV Bordeaux/Espagne. Outre l’opportunité de création de cette ligne, son choix se porte sur le tracé Est, passant par CAPTIEUX.

Ma première réaction porte sur la forme, c'est-à-dire sur les débats publics qui sont, nous en avons désormais la preuve, de parfaits simulacres de démocratie participative.
Le grand Sud-Gironde, de LABREDE à CAPTIEUX (85.000 h), était opposé à la LGV Bordeaux/Toulouse, projet non prioritaire au regard du réseau transeuropéen de transports. Nous l’avons massivement manifesté, et nous n’avons pas été écoutés.
Le Sud-Gironde était opposé aussi au passage par l’Est de la LGV Bordeaux/Espagne. Nous l’avons manifesté tout aussi massivement, et nous n’avons, là encore, pas été écoutés.

A l’heure où la période préélectorale révèle au grand jour le besoin des citoyens d’être entendus, une certitude s’impose : l’État ne pourra pas, demain, continuer à mépriser ainsi les citoyens, et les élus ou associations qui les représentent. L’exemple du débat sur le grand contournement est à cet égard symptomatique d’un État qui persiste à se couper de sa population alors que celle-ci gronde de ne pas être écoutée.

Nous avions laissé à RFF et à l’État le bénéfice du doute.

Désormais, plus aucun doute n’est permis : les décisions étaient prises avant même que le débat ne soit achevé, voire engagé. Après avoir mis la LGV Bordeaux/Espagne au chaud, la décision du passage par l’Est de la Bordeaux/Toulouse permet à l’État d’obtenir ce qu’il voulait : un tronc commun pour une partie des deux lignes. Le passage en force est tel que depuis quelques jours, un bureau d’étude chargé de l’autoroute A65 quadrille le secteur de CAPTIEUX avec des plans comportant un tracé de LGV !

Sur le fond, l’État a donc fait le plus mauvais choix : le plus long et le plus coûteux pour le contribuable, en traversant cet espace protégé qu’est le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne. Et aussi le plus contesté, tant par le Sud-Gironde que par le Bassin d’Arcachon.

Aussi, cette conclusion provisoire marque pour nous non pas la fin d’une mobilisation, mais bien le début d’un combat. Plus que jamais, RFF devra compter avec nous, avec nos moyens de recours, avec notre force de mobilisation, avec notre conviction d’opposition. Comme d’autres l’ont fait pour le Grand Contournement, nous mettrons tout en œuvre pour que ce projet échoue, et pour que le canton de CAPTIEUX ne soit jamais défiguré par un triangle ferroviaire qui condamnerait inéluctablement ses perspectives de développement.