Image entête SEPANSO
Logo FNE
LGV Bordeaux Espagne - LGV Bordeaux-Espagne SEPANSO

Projet ferroviaire Bordeaux-Espagne

Cette page, dédiée au projet de LGV Bordeaux-Espagne avant sa fusion avec le projet Bordeaux-Toulouse, n'est plus mise à jour.
Retrouvez l'actualité de ce projet sur la page
GPSO
(Les Grands Projets du Sud-Ouest). 

D'après RFF une voie longeant les plus longues lignes droites de France ne permettrait pas la grande vitesse. Seule une LGV créée ailleurs, en pleine nature, serait satisfaisante... De qui se moque-t-on ?

 

Après le débat public sur la LGV Bordeaux-Toulouse -dont tout le monde avait compris dès le départ que le fuseau décidé d'avance était celui passant par la forêt du Sud Gironde- est enfin venu le débat public tant attendu sur le projet ferroviaire Bordeaux Espagne. Projet ferroviaire réduit dans l'esprit de certains décideurs à une simple LGV nouvelle alors qu'il aurait dû s'agir avant tout d'un projet multi usages destiné à permettre en priorité un report modal massif de la route au rail.

Là encore, à la lecture du dossier de présentation particulièrement orienté, on a pu aisément percevoir que les intentions du maître d'ouvrage étaient avant tout de construire une ligne nouvelle dédiée aux TGV, et  ce faisant, de favoriser le tracé n° 3, plus long, plus coûteux et le plus dommageable à l'environnement, venant faire un détour par Captieux.

Ce choix relevait d'une décision préétablie, dans dans les cartons de RFF depuis plus de 10 ans, et qui consistait :

  1. A faire passer les voies en pleine nature pour éviter au mieux les contestations des populations locales et limiter les dépenses d'expropriation. (pour les technocrates, là où il y a du vert sur les cartes, c'est vide, il n'y a "rien", et on doit donc passer là...)
     
  2. A réaliser un tronçon commun de quelques dizaines de kilomètres avec la future ligne Bordeaux Toulouse qu'il convenait aussi de faire passer par la forêt pour des raisons identiques d'opposition estimée plus faible et d'économie du foncier.

Bien que ce n'ait jamais été avoué explicitement, ces choix liés découlaient de l'abandon du projet de train pendulaire POLT (Paris Orléans, Limoges Toulouse) et devaient servir d'appât pour inciter la Région Midi-Pyrénées à participer au financement de la LGV Tours Angoulême Bordeaux, devenue un élément de Paris Toulouse...

La SEPANSO Aquitaine, les associations locales et de nombreux élus (notamment maires et conseillers généraux du Sud Gironde) ont activement participé au débat public pour faire valoir une position de bon sens consistant à demander un aménagement progressif des voies existantes susceptible d'évoluer vers un doublement de ces voies en rase campagne. Une contre-expertise menée par un cabinet suisse a même démontré que les capacités des voies existantes étaient suffisantes, au moins jusqu'en en 2020 pour le trafic escompté, mais aucun argument technique, même des plus solides, n'avait de prise. Les dés étaient pipés et la décision annoncée par RFF à l'issue du débat aura été sans surprise.

Le scénario 3 passant par Captieux, plus long de 60 km que le scénario 1 et beaucoup plus dommageable à l'environnement, mais bénéficiant d'un tronçon commun avec Bordeaux Toulouse, a été, comme prévu, retenu pour les raisons précitées...

TGV Le transport de voyageurs est devenu, d’un strict point de vue économique, bien plus rentable que le transport de fret. La grande vitesse, encore synonyme de progrès, fascine toujours certains...
De plus, il faut des LGV en France pour servir de vitrine et vendre la technologie TGV à l’étranger.
Tout ceci explique sans doute un peu cela...

 

L'accroissement sans fin de la mobilité humaine et le développement insoutenable des infrastructures de transport, sont à quel prix ?

Au prix de la décroissance de la nature ordinaire et de la réduction irréversible des grands espaces.

(Cliquez sur les images)

c'est à dire de la décroissance durable de la biodiversité...

 

    Vérités et contrevérités sur la LGV Bordeaux-Espagne

 

Décision de R.F.F. après le Débat public ou " la fin des illusions ".

Si après le débat public tronqué du contournement autoroutier de Bordeaux en 2003, puis après celui de la LGV Bordeaux Toulouse, où le manque d’objectivité du compte-rendu de la CNDP était criant (1), certains se faisaient encore des illusions sur l’efficacité des débats publics pour réorienter les projets, ces illusions se sont toutes envolées à l’annonce de la décision de RFF, le 8 mars 2007.

En effet, faisant fi de l’argumentation pertinente des associations et même de la contre-expertise du cabinet indépendant suisse, Réseau Ferré de France a annoncé officiellement sa décision de réaliser malgré tout une LGV de Bordeaux à Hendaye en site neuf en passant par Captieux et partageant un tronçon commun avec la future ligne Bordeaux-Toulouse, décidée on s’en souvient, malgré le refus massif de toute une population girondine soutenue par ses élus de terrain.

C’est donc bien le projet initial à trois branches imaginé par les technocrates de RFF dans les années quatre vingt dix et bien ficelé depuis des années, qui vient d’être imposé sans aucune modification significative, à l’issue d’un débat public qui n’aura servi qu’à entretenir l’illusion d’un semblant de démocratie participative.

Gageons que ce mépris de toute une population ne servira pas les intérêts de ceux qui tentent de passer en force, et que face à la résistance qui ne manquera pas de s’instaurer dans les régions injustement traumatisées par ce projet disproportionné, certains regretteront amèrement de ne pas avoir choisi la solution raisonnable qui consistait à adapter progressivement la capacité des voies existantes.

PhB

1-  Le refus massif du projet de LGV Bordeaux-Toulouse par toute une population et ses élus en Gironde avait en effet été abaissé dans le compte rendu de la CNDP, au même niveau que la demande timide et peu convaincante de quelques institutionnels et représentants des chambres consulaires de Midi-Pyrénées. La foule dense et motivée des réunions girondines n'a donc pas pesé plus lourd face à une décision déjà prise, que les salles aux trois quarts vides des départements voisins... 

 
Élections - Positionnement des candidats concernés.

A la veille des élections législatives, les associations locales de protection de l'environnement avaient adressé aux candidats des circonscriptions concernées par le projet ferroviaire Bordeaux-Espagne la  lettre dont le lien figure ci-dessous, leur demandant de se positionner sur ce projet.

Les réponses reçues suite à ce courrier ont été mises en ligne sur le site Internet de l'association Landes Graves Palus Environnement (LGPE) accessible par le lien suivant :

 

Cahier d'acteurs de la SEPANSO sur le projet ferroviaire Bordeaux-Espagne (Document pdf)

Présentation SEPANSO à Arcachon le 14 septembre

Présentation SEPANSO à Biarritz le 19 septembre

Présentation SEPANSO à Hendaye le 4 octobre

Présentation SEPANSO à Biarritz le 8 novembre

Présentation SEPANSO à Morcenx le 15 novembre

Présentation SEPANSO à Captieux le 13 décembre

 

  • La nature est un bien précieux.....

  • Les vastes espaces se font de plus en plus rares.

Il faut cesser de cloisonner et fragmenter ceux qui restent.

Faire systématiquement passer tous les nouveaux projets dans des zones naturelles préservées est une faute !        

Dans l’intérêt des générations futures, il faut désormais apprendre à réutiliser et à recycler nos infrastructures comme nous commençons à le faire de nos déchets.

Autres sites traitant du sujet :
    http://lea.asso.free.fr
    http://lgpe.fr