Les sylviculteurs girondins vent debout contre les projets de LGV en Aquitaine

 

La SEPANSO Gironde soutient les sylviculteurs dans leur opposition aux projets de LGV dans le Sud Ouest (programme GPSO)

Selon les dernières estimations fournies par RFF, l’emprise forestière des 327 km de lignes à grande vitesse soumis à enquêtes publiques s’établit à 2865 ha pour l’ensemble des départements concernés, dont :
- 1263 ha pour la Gironde
- 1032 ha pour les Landes
- 475 ha pour le Lot-et-Garonne
- 89 ha pour le Tarn-et-Garonne
- 5 ha pour la Haute-Garonne
Ainsi la forêt girondine risque de payer un très lourd tribut à ces projets insensés de lignes ferroviaires à grande vitesse.
A cette emprise théorique, il convient de rajouter les effets spécifiques d’une trouée dans un massif forestier, qui débordent largement le cadre du projet, comme on peut le constater sur le chantier en cours de la LGV Tours- Bordeaux.
Selon les propos même de RFF, « l’ensemble des impacts sur un espace boisé est fonction de la longueur et de la largeur de l’ouverture dans le boisement. La surface touchée est toujours supérieure à l’emprise, notamment à cause des chablis, et se trouve augmentée si le passage en déblai ou en remblai de l’infrastructure nécessite d’importantes surlargeurs de l’emprise.
Une emprise linéaire à travers un massif boisée ne fait pas que soustraire à celui-ci un certain nombre d’hectares : elle a aussi un effet sur les communautés végétales et animales présentes et sur l’exploitation même de l’espace forestier
. » [1]
Les sylviculteurs ont encore en tête, les dégats de chantiers récents en Sud-Gironde comme :
- chantier de gazoduc diamètre 900 mm : 200 ha d’emprise forestière
- autoroute A65 Langon/Pau : 300 ha d’emprise forestière
- centrales photovoltaïques au sol : plusieurs centaines d’hectares d’emprise forestière

Parmi les préjudices redoutés par les sylviculteurs, du fait de ce nouveau chantier :
- coupure des propriétés et des parcelles forestières
- interruption du réseau des pistes forestières servant à la gestion forestière et à la défense des forêts contre les incendies
- diminution de surface et effet de coupure entraînant une dévalorisation des biens fonciers
- risques d’aggravation des dégâts du vent ou bien encore les attaques phytosanitaires

On comprend pourquoi le Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest refuse cette nouvelle saignée, et appelle à une mobilisation massive pour donner un avis négatif aux projets soumis à enquêtes publiques. [2].
Il convient de rajouter que le défrichement de 2865 ha de forêt plombera lourdement le bilan carbone des projets de lignes nouvelles.
Autant de raisons pour la SEPANSO Gironde, de soutenir les sylviculteurs dans leur opposition à ces projets de LGV dans le Sud Ouest.

A lire :
Le TGV ou la forêt ? Max Crouau.Forêt de gascogne. Septembre 204.
http://accril.fr/spip/IMG/pdf/sylviculteurs.pdf

Mise à jour : 30/11/2014

Notes

[1Cf Dossiers d’enquêtes publiques Pièce F Etude d’impact Volume 3.3 Paragraphe 5.2.2.5 : Des effets liés aux prélèvements fonciers d’espaces sylvicoles et de bâti annexe (pages 116 à 120)

[2Sud Gironde : les sylviculteurs ne veulent pas de la LGV. Pierre Lascourrèges. Sud-Ouest. 10/11/2014.
http://www.sudouest.fr/2014/11/10/ils-ne-veulent-pas-de-la-lgv-1731339-2780.php#article-comments