Projets éoliens en Gironde et risques d’incendie de forêt

 

L’implantation de fermes éoliennes envisagée dans la forêt girondine semble peu compatible avec une gestion durable des territoires forestiers.
Ces immenses installations (180 mètres de haut) augmentent la vulnérabilité de la forêt au risque incendie, en raison notamment, des restrictions d’utilisation des moyens de défense aériens (Canadair et autres) qu’elles impliquent.
Les défrichements qu’elles imposent, contribuent au morcellement et à la fragilisation des massifs forestiers.
En Gironde, il y a bien d’autres territoires plus pertinents que la forêt, pour accueillir ces aérogénérateurs industriels, tels les immenses champs de maïs, les zones industrielles ou les parkings de grandes surfaces...

La Gironde est un département particulièrement sensible aux feux de forêt qui couvre 483 222 hectares, soit près de la moitié de son territoire [1]. [2]
En ce brûlant juillet 2015, où nous assistons à de nombreux incendies de forêt en Gironde [3], l’intervention des "pompiers volants" (Canadair et autres) en appui des forces terrestres, apparaît à chaque fois décisive [4] .
On n’ose imaginer ce qu’il se passerait, si des parcs éoliens industriels implantés en pleine forêt (avec des installations pouvant atteindre 180 mètres de hauteur pour les plus grandes [5]), empêchaient l’intervention de ces "pompiers volants".
Dans ce contexte, les propos de Jean Peregallo, délégué cantonal du Syndicat des sylviculteurs du secteur de Castelnau, face aux projets éoliens en forêt [6] [7] apparaissent de bon sens :
"En tant que responsable de la prévention contre les incendies de forêt, la DFCI, je suis très réticent. Encore de nouvelles infrastructures en forêt : les éoliennes elles-mêmes, mais aussi combien de kilomètres de lignes ou de tranchées ? Car il faudra bien transporter ce courant produit... Nouvelles infrastructures signifient nouvelle pénétration en forêt, à portée de tous les avides de sensations fortes, à l’aide de moto-cross ou autre quad... C’est clairement un accroissement du risque de départ de feu...
Et puis, ces fameux arbres de métal censés nous « verdir » devant l’Europe, sont munis de pales qui vont atteindre 150 mètres de hauteur ! Les canadairs viendront-ils pour larguer leur précieux liquide à 300 ou 400 mètres de haut ? Probablement éviteront-ils les secteurs à éoliennes...
Rien ne serait pire que de voir une dispersion des éoliennes au travers de la forêt. Ce serait un mitage intolérable, avec un accroissement majeur du risque incendie de forêt, incompatible avec la prévention que nous menons
..."

Que le retour d’expérience de ce torride été 2015 (qui préfigure les étés futurs dans le cadre des changements climatiques), dissuade les autorités administratives de permettre l’installation de parcs éoliens industriels dans la forêt girondine.
Il y a suffisamment d’autres territoires plus pertinents en Gironde, pour accueillir ces immenses aérogénérateurs : champ de maïs, zones industrielles, parking de grandes surfaces...
Il serait quand même paradoxal, que le développement d’une énergie renouvelable, comme l’éolien, fragilise les milieux forestiers importants séquestrateurs naturels du CO2.
Jurisprudence
Dans son avis du 23/12/2015, le Conseil d’Etat relève que la zone concernée par ces projets éoliens (en milieux forestiers du Gard), qui a déjà connu des incendies, se caractérise par un niveau de risque d’incendie de forêt qualifié de " globalement ’élevé à très élevé’ " par l’étude de l’Office national des forêts, susceptible d’être aggravé lors des travaux d’installation et de maintenance des éoliennes, et que l’intervention des moyens aériens de lutte contre les feux de forêt ne pourra être assurée dans un rayon de six cents mètres autour de chacune des éoliennes, eu égard notamment à leur hauteur, de cent vingt mètres en bout de pales, alors que la hauteur de largage des avions bombardiers d’eau varie entre trente et soixante mètres au-dessus de la végétation...Il ressort des plans annexés à l’étude de l’Office national des forêts et des observations émanant de la base d’avions de la sécurité civile de Marignane que le couloir aérien ménagé pour les avions bombardiers d’eau est insuffisant pour assurer la protection de cette zone particulièrement accidentée, où les secours au sol demeureraient insuffisants.

A consulter :
- Défense des Forêts contre l’Incendie (DFCI Aquitaine)
http://www.feudeforet.org/
- Risque de feux de forêt en Gironde
http://cartographie.nature33.fr/visualiseur/?idlyr=11846
- L’apport précieux des Canadair. Jean-Denis Renard . Sud Ouest. 24/08/2015.
http://www.sudouest.fr/2015/08/24/l-apport-precieux-des-canadair-2104263-2934.php

Mise à jour du 21/04/2017


Notes

[2La Gironde, recouverte de 550.000 hectares de forêt du massif des Landes de Gascogne, est le département de France comptant le plus de départ de feux : en moyenne, environ un millier sont recensés chaque année, à raison d’un hectare détruit chaque fois.
http://actu.orange.fr/france/incendie-en-gironde-plus-de-1-000-hectares-de-pins-detruits-CNT000000H4zsv.html

[3Incendie à Saint-Jean-d’Illac (33) : quatrième jour de lutte, la crainte d’un retour du vent . Sud Ouest 27/07/2015. http://www.sudouest.fr/2015/07/27/saint-jean-d-illac-33-quatrieme-jour-de-lutte-contre-le-gigantesque-incendie-de-foret-2080637-706.php

[4Saint-Symphorien (33) : feu de forêt maîtrisé, 18 hectares partis en fumée. J-M. D. Sud Ouest. 02/08/2015. http://www.sudouest.fr/2015/08/02/saint-symphorien-33-feu-de-foret-en-cours-les-canadair-interviennent-2086059-3171.php

[6ÉOLIENNES. Pour Jean Perogallo, délégué cantonal du Syndicat des sylviculteurs du secteur de Castelnau, rien ne serait pire que de voir leur apparition dans les forêts.
http://environnementdurable.net/documents/html/medoc.htm