Premières assises nationales des risques naturels (Bordeaux)

 

Des échanges trop généralistes, pour des résultats décevants

Les premières assises nationales des risques naturels se sont déroulées à Bordeaux , les 19 et 20 janvier 2012.
Avec 9 ateliers, le programme de ces assises était alléchant :

  • Atelier N°1 : Risques naturels et aménagement du territoire : comment concilier développement des territoires et prévention des risques ?
  • Atelier N°2 : Comment réduire les conséquences des inondations et la vulnérabilité de son territoire ?
  • Atelier N°3 : Gestion du littoral : quelles stratégies d’aménagement des territoires soumis aux risques littoraux d’érosion côtière et de submersion marine ?
  • Atelier N°4 : Recherche, décision et gestion des risques naturels : quelles interactions entre décideurs et chercheurs ?
  • Atelier N°5 : Comment nous sensibiliser à la prévention du risque sismique ?
  • Atelier N°6 : Quelle clarification de la gouvernance pour une action plus efficace ?
  • Atelier N°7 : Economie et risques : la prévention, levier d’une maîtrise du coût des risques naturels ?
  • Atelier N°8 : Quelle culture du risque pour une adaptation durable des territoires ?
  • Atelier N°9 : Quand les risques naturels rencontrent les risques technologiques

La réalité l’était beaucoup moins, en raison de débats souvent beaucoup trop généralistes et consensuels, à l’image des propos tenus par des intervenants de l’atelier N°9 :

  • Selon Hubert Seillan, directeur de la revue Préventique « les industriels se montrent globalement responsables, parce qu’ils sont citoyens et connaissent la valeur de leur patrimoine. » Est-ce si sûr ? Le procès AZF démontre l’inverse !
  • La représentante de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) s’est déclarée « satisfaite de la situation de la centrale nucléaire Blayais en matière de risque d’inondation, pour lequel elle n’émet que de rares demandes. » Tout le monde ne partage pas cet optimisme de l’ASN, face à la maîtrise du risque inondation dans l’estuaire de la Gironde et autour de sa centrale nucléaire.
    Les Actes de ses assises sont disponibles en ligne.

Espérons que les prochaines assises, permettront des débats beaucoup plus contradictoires.