Image entête SEPANSO
Logo FNE

Centre de documentation

La Fédération SEPANSO dispose dans ses locaux, rue de Tauzia à Bordeaux, d'un fonds documentaire comptant désormais près de 2000 références.
Ces ouvrages (livres, guides, rapports...), complétés de quelques articles spécialisés (dont bien sûr ceux de notre revue trimestrielle Sud-Ouest Nature), portent principalement sur les thématiques "nature" (gestion des milieux, espèces faune et flore, biodiversité) et "éducation à l'environnement". Mais ce travail se poursuit, grâce à l'aide bénévole d'une ancienne documentaliste, avec d'autres thématiques : agriculture, énergie, eau, déchets... Bien qu'incomplet donc, ce fonds documentaire peut utilement être mis à la disposition de ceux qui le souhaitent (en consultation uniquement mais avec possibilité de photocopies pour les documents libres de droits).
Contacter Françoise Couloudou par email : f.couloudou@libertysurf.fr ou à la SEPANSO : 05.56.91.33.65 (les jeudis après-midis)
PS : Les dons de serres-livres seront les bienvenus !

 


Ouvrages conseillés, en vente dans les bonnes librairies.


Forêt des Landes de Gascogne : une nature secrète

François Sargos, photos de Pierre Petit

Couverture Forêt des Landes de Gascogne

Magnifique ouvrage dressant les richesses naturelles souvent méconnues de ce pays autrefois appelé "désert de sable", il invite à en découvrir la beauté et la grande fragilité...

Résister pour sortir du développement, le droit entre nature et liberté

Simon Charbonneau

Couverture Résister pour sortir du développement

Simon Charbonneau, fils de Bernard Charbonneau, est spécialisé en droit de l'environnement, il est aussi passionné de nature. Cet ouvrage est une réflexion sur le développement et sur la crise environnementale majeure que traverse pour la première fois notre humanité qui ne s'en tirera pas sans une remise en question radicale. Résister au développement devrait être considéré comme le geste premier d'une décroissance menant l'humanité vers un équilibre durable entre mère nature et nos activités.

Bidoche

Fabrice Nicolino

Couverture Bidoche

Vous ne mangerez plus de viande comme avant... Cet ouvrage raconte en détail l'histoire de la "bidoche" ou comment l'animal a disparu pour devenir une marchandise.

Comment les techniciens ont inventé de nouvelles méthodes afin de fabriquer à une échelle “mondiale”, à partir d'êtres vivants, une viande sans goût et peut-être néfaste pour notre santé ? Les poussins sont triés et jetés à la poubelle, les vaches nourries “scientifiquement”, les veaux sevrés au bout de deux jours, les cochons sans queue ni dents, les poules sans becs...

En France, la recherche adossée à l'INRA fait ingurgiter à poules, lapins, vaches, veaux, cochons, vitamines, antibiotiques, hormones “naturelles” afin que la production augmente et que les animaux grossissent plus vite.

Fabrice Nicolino montre le rôle des multinationales et de leurs ramifications : ainsi Adisseo est lié au groupe chinois Bluestar (celui du lait à la mélamine). Adisseo fabrique des vitamines et de la méthionine pour nourrir les poulets. L'hydre Cargill (conseils aux éleveurs entre autres) importe en France 85 % du soja transgénique (du Brésil) pour nourrir le bétail “français”. Vive la déforestation en Amazonie !

Et les pollutions ? Ces usines à viande rejettent pesticides, antibiotiques et médicaments vétérinaires, contribuant ainsi au "bon état" de notre environnement (voir la Bretagne qui étouffe sous les lisiers...) ! Fabrice Nicolino cite un rapport de la FAO, passé presque inaperçu dans notre pays d'agriculture intensive, à savoir que l'élevage "industriel" émet davantage de gaz à effet de serre que tous les transports planétaires !

Ces élevages concentrationnaires favorisent les maladies, virus et bactéries se moquant de la barrière entre les espèces : vache folle et maladie de Creutzfeld-Jacob, grippe aviaire, grippe porcine baptisée grippe A (H1N1) pour ne pas effrayer la population. Sachez que le géant américain Smithfield Food, avec ses élevages industriels de porcs au Mexique (origine de la grippe porcine), est le patron du groupe Aoste, propriétaire de Cochonou et Justin Bridou, bonne charcuterie de chez nous ! Les industriels, devant l'augmentation de la consommation de viande, envisagent le “clonage” comme solution d'avenir, présentant ainsi moins de “risques alimentaires” : de la “bonne” viande sans animal.

Lisez cette enquête “haletante” et très documentée, vous ne mangerez plus de viande comme avant...

En France, chaque année, plus d'un milliard d'animaux sont tués, sans compter la destruction bien avancée de la planète.