Image entête SEPANSO
Logo FNE

La SEPANSO et les DÉCHETS


Décharges plus ou moins contrôlées, compostage d'ordures brutes, et surtout incinération, conjuguaient allègrement, dans la seconde moitié du 20ème siècle, pollution et gaspillage en guise de gestion et de traitement des déchets, souvent qualifiés d' « élimination ».

Constatant ces carences graves, la SEPANSO s'est particulièrement penchée sur ce dossier depuis plus d'un quart de siècle.

Notre association a participé depuis l’origine aux instances mises en place par les Conseils Généraux et la Région pour contrôler la situation. (En Gironde, à cette époque, elle a initié le "Collectif Déchets Girondin " composé de plusieurs associations concernées par ce problème. Ce collectif particulièrement actif est aujourd’hui reconnu et sollicité pour son expertise bien au-delà des limites de la Gironde.)

Ainsi, petit à petit la SEPANSO a pu par son travail dans un climat de confiance, faire évoluer les mentalités d’élus et autres responsables pour qui la protection de l'environnement n’était au départ pas la priorité et qui, surtout, laissaient faire des gestionnaires privés plus soucieux de profit que de Service Public...

Aujourd'hui, l'incinération, malgré des normes de plus en plus sévères, n'a plus le vent en poupe et des projets de nouvelles usines, conçus il y a une dizaine d'années, ont depuis été abandonnés grâce à notre ténacité.

Les grands principes que nous défendions à la fin du siècle dernier sont restés les mêmes mais ils sont de mieux en mieux partagés, au fur et à mesure de l’évolution des esprits, de la prise de conscience citoyenne, de la croissance démographique et... de l’évolution de la courbe de production de déchets.

Ce sont, dans l'ordre :

  • LA PRÉVENTION, c'est à dire la réduction drastique, à la source, de la fabrication et de la commercialisation de produits dont l’inutilité ou la nocivité sont reconnues. (Suremballages, objets jetables, matières plastiques...)
  • LE TRI SÉLECTIF, de manière à faciliter :
    • LE RÉEMPLOI et le RECYCLAGE.
    • LE COMPOSTAGE (Collectif mais surtout individuel) des matières dites fermentescibles qui représentent près d'un tiers de la poubelle.
  • Enfin, LE STOCKAGE des déchets ultimes ainsi réduits au minimum et ne libérant plus de bio gaz, dans des centres de taille raisonnable, assez nombreux et correctement répartis géographiquement pour limiter le transport.
    Le choix des sites et les conditions d’installations (en particulier, une réelle concertation avec les populations locales) doit être impérativement sous maîtrise -d'oeuvre et d'ouvrage- publique.

Toutes les mesures précitées ne seront efficaces qu'avec la mise en place d'une fiscalité juste et incitative. C'est pourquoi, plutôt que la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM), calculée en fonction du foncier bâti, la SEPANSO préfère une REOM (Redevance d'Enlèvement d'Ordures Ménagères) incitative, calculée en fonction du poids ou du volume des ordures ménagères résiduelles. De nombreuses expériences en France ont démontré l'efficacité d'une telle fiscalité.