Situation

La Réserve Naturelle de l'étang de Cousseau est située à 50 km à l'Ouest de Bordeaux et à 3 kilomètres de l'Océan Atlantique. Elle doit son nom à un petit étang, l'étang de Cousseau, qui s'insère entre les deux grands étangs du Médoc, Carcans-Hourtin au nord et Lacanau au sud. Elle s'adosse au flanc Est du cordon dunaire littoral.






Historique

Au XIXème siècle, les grands travaux de drainage et de plantation de pins maritimes ont totalement transformé la région naturelle des Landes de Gascogne. Les paysages de landes humides rases, qui s'étendaient à perte de vue, tout comme les dunes du littoral dont les sables mobiles menaçaient l'arrière-pays, ont laissé place aux forêts de pins.
La Réserve naturelle de l'étang de Cousseau associe les paysages des dunes anciennes à ceux du marais de Talaris, vaste zone humide résultant de la sédimentation entre les deux grands lacs.
Elle a la particularité d'abriter des boisements de pins et de chênes mélangés dont l'origine naturelle est bien antérieure à ceux que l'homme à planté.
 

Le milieu naturel

Outre l'aspect esthétique et paysager remarquable qui laisse une forte impression de calme sauvage, à l'image des grands espaces vierges du passé, l'intérêt essentiel de la Réserve Naturelle réside dans le fait que, sur une surface relativement réduite (610 ha), se trouve représenté un échantillonnage des principaux milieux naturels des Landes de Gascogne:

120 ha de boisements mixtes sur dunes anciennes.


Forêt mixte - Vieux chêne vert

50 ha de marais, à divers stades de boisement, dans les dépressions inter-dunaires humides (localement appelés "barins").


Barin en hiver

50 ha d'eau douce de l'étang.


L'étang de Cousseau.

390 ha de marais et landes humides, sur l'amorce du "plateau landais".


Marais inondé en hiver.


Etang et marais inondé en mars


Lande à molinie.


La flore


Les dunes anciennes offrent un contraste de paysages entre des habitats secs et des habitats palustres.
Habitat remarquable des dunes, la lande sèche à Ciste à feuilles de Sauge et Bruyères fourmille des corolles blanches des Cistes entre avril et juin, attirant de nombreuses espèces d'insectes butineurs.


Ciste à feuille de Sauge et Lepture


Elle se développe dans les clairières et en lisière de la forêt mixte, où se mélangent Pins maritimes naturels, Chêne pédonculé, et surtout le Chêne vert et l'Arbousier. Quelques plantes remarquables peuvent être aperçues en sous bois : l'orchidée Céphalanthère blanche, le Sceau de Salomon, le Néflier d'Europe et le Cormier.



Néflier et son fruit

Avec le Ciste à feuilles de Sauge, le Chêne vert et l'Arbousier symbolisent le cortège des espèces méditerranéennes qui trouvent sur le cordon dunaire des conditions de température à leur convenance. Une mousse méditerranéenne rare, qui a la particularité de se recroqueviller par temps sec, se développe d'ailleurs sur les gros chênes verts exposés.


Poirier sauvage

En pied de dune, là où l'humidité est plus importante, la chênaie pédonculée accueille d'autres arbres : Poirier sauvage, Houx, Tremble. Mousses, Lichens et Champignons deviennent plus abondants, mais c'est dans l'atmosphère humide des barins que la diversité s'exprime par une luxuriance végétale.
 


Barin – Fougères Osmonde, Telypteris et Dryopteris

Ces dépressions humides des dunes sont souvent éclairées par les troncs blancs des bouleaux ou couvertes par la Saulaie (Saule roux) et parsemées de gros touradons (touffes rehaussées par le système racinaire) des Carex paniculé et strict ou de l'Osmonde royale, entre lesquels croissent, selon le niveau d'eau Myrte des marais, Iris faux-acore, Fougères dont le frêle Télyptéris des marais, Potamots ainsi que quelques Sphaignes (dont Sphagnum fimbriatum, protégée en Aquitaine). Les troncs et branches sont couverts de Mousses et de Lichens dont l'emblématique Lobaria pulmonaria, espèce protégée en Aquitaine, indicatrice de bonne qualité de l'air.
 


Lichen Lobaria sp.

On retrouve cette végétation palustre plus ou moins dense sur les rives ouest et nord de l'étang, parsemée de Marisque (Cladium mariscus) et de roseaux. Sur les rives sud et sud-ouest, la roselière domine, mélangée à d'autres "grandes hélophytes" (plantes élevées croissants dans les endroits humides), comme le Jonc des chaisiers, les Massettes à feuilles étroites et à feuilles larges.
Sur l'eau libre, se développe un herbier de Nénuphar jaune, plus ou important selon les années.
Le marais résulte de l'atterrissement naturel de la partie centrale du "grand étang doux du Médoc", vaste plan d'eau qui ne faisait qu'un du nord d'Hourtin au sud de Lacanau, jusqu'au XVIIème siècle.
Le marais est couvert par la Marisque, plante dominante, parsemé de Bourdaine, de Saules et de Bouleaux colonisateurs.
Depuis la fin des années 1990, pour enrayer ce phénomène d'assèchement, un nouveau système hydraulique et des travaux de réouverture de la végétation ont été mis en place, ce qui a permis de retrouver des habitats et une flore typiques des rives des étangs littoraux.
Ainsi, en fonction du microrelief et de la durée de l'immersion hivernale et printanière et de celle de l'étiage automnal, s'étagent des habitats qui vont de la cladiaie pure parsemée des fleurs jaunes de la Lysimaque vulgaire, des feuilles rondes de l'Hydrocotyle et des larges corolles blanc - rosâtre des Liserons des marais, aux pelouses de petites plantes annuelles : Jonc des crapauds, Jonc pygmée, Cicendies, etc.
Trois plantes protégées au niveau national abondent dans les dépressions légèrement tourbeuses : la Drosera intermédiaire, plante carnivore, la Thorella, petite ombellifère amphibie endémique des zones atlantiques et la Pillulaire, fougère gazonnante pionnière des espaces récemment exondés.
La lande à Molinie marque l'amorce de la lande humide, habitat qui couvrait autrefois la majorité du plateau des landes de Gascogne.
Devenu aussi très dense, cet habitat caractérisé en hiver par les touradons jaunes de la Molinie, se diversifie depuis sa gestion par le pâturage extensif avec d'autres graminées comme la Flouve odorante ou des Agrostides, mais aussi avec de nombreuses plantes à fleurs. Au printemps, après la floraison des Violettes des marais (V. lactea), les fleurs rose violacé des Cirses d'Angleterre couvrent la lande et la cladiaie rouverte, attirant de nombreux papillons.
 


Cirse d'Angleterre

Parmi les plantes ayant recolonisé Cousseau, la présence récente dans la lande de la Gentiane pneumonanthe, protégée en Gironde, est remarquable.
 


Gentiane pneumonanthe

 

Les mammifères


traces de Loutre
Chevreuils, Sangliers, Blaireaux, Lièvres, affectionnent la Réserve Naturelle, mais la vedette de ces lieux est la Loutre d'Europe qui, malgré son extrême discrétion, trouve ici le calme et la nourriture nécessaires à l'élevage de ses jeunes. Elle est parfois aperçue de jour, mais la Genette, autre espèce protégée forestière, est elle strictement nocturne.


D'autres carnivores fréquentent la Réserve naturelle ou y transitent, comme le Putois, la Martre et la Fouine.

Les oiseaux

Située sur l'un des couloirs de migration de l'avifaune, la Réserve Naturelle permet d'observer de nombreuses espèces (plus de 200) chaque année, au printemps et à l'automne. Certaines ne font que la survoler, d'autres s'y posent plus ou moins longuement.
Le Balbuzard pêcheur, rapace se nourrissant exclusivement de poisson, stationne surtout d'août à octobre. Les Oies cendrées survolent la Réserve à chaque migration mais peu s'y posent. Au printemps et à l'été, le blanc est de mise avec les Aigrettes garzette et grande, les Spatules blanches et les Mouettes rieuses.


Balbuzard pêcheur

Nicheurs : 70 espèces parmi lesquelles un cortège de rapaces diurnes remarquable avec le Circaète Jean-le-Blanc, le Faucon hobereau, le Busard des roseaux, la Bondrée apivore et le fréquent Milan noir. Depuis les années 2000, l'avifaune nicheuse de Cousseau s'est enrichie consécutivement à la gestion entreprise, avec des espèces d'oiseaux d'eau telles que le Vanneau huppé,l'Echasse blanche, la Bécassine des marais, la Sarcelle d'Hiver, le Héron pourpré.

Hivernants : l'étang attire plus particulièrement les canards (4 700 Sarcelles d'hiver et plus de 300 canards pilet en janvier 2002).


Grues à l'envol

Quant au marais, il accueille chaque hiver un nombre croissant de Grues cendrées (près de 1500 à l'hiver 2009-10), plusieurs dizaines de Bécassines des marais, 1 à 2 Faucons émerillon, une dizaine de Busards des roseaux et parfois une Pie-grièche grise ou une méridionale.

Les reptiles et amphibiens


La tortue Cistude d'Europe est bien présente à Cousseau, se chauffant au soleil le long des berges de l'étang et plongeant précipitamment au moindre danger. La plupart des espèces de Reptiles des plaines d'Aquitaine sont présents à Cousseau, comme les Coronelles girondine et lisse, la Vipère aspic, la Couleuvre d'Esculape. Le Lézard vivipare lui inféodé aux landes humides. Il est présent aussi dans certains barins. Parmi les amphibiens, citons le Crapaud calamite, les Rainettes verte et méridionale, la Grenouille de Pérez, les Tritons palmé et marbré.


Grenouille de Pérez


Crapaud calamite


Rainette méridionale


Cistude d'Europe

Les poissons

L'étang de Cousseau est situé au centre du réseau hydrographique des lacs médocains. Lors de son inondation hivernale et printanière le marais de Talaris est une zone humide importante pour la reproduction de certaines espèces comme le Brochet, et le grossissement des alevins d'Anguilles (Civelles ou Piballes) qui remontent par le canal des étangs.
D'autres espèces sont fréquentes à Cousseau comme la Perche commune, l'Ablette ou le Gambusie, petit mais grand mangeur de larves de moustiques.

Les invertébrés

Un inventaire, débuté en 1995, a permis de repérer 39 espèces de libellules, une cinquantaine de Papillons diurnes dont un particulièrement menacé au niveau européen : L'Oedipe ou Fadet des laîches (espèce protégée)..


Fadet des laîches

Citons également l'intérêt des boisements de Cousseau pour les Coléoptères (Cérambycidés) et celui des barins pour plusieurs petits coléoptères aquatiques peu communs en France.
La cladiaie s'avère être aussi un habitat très riches en Invertébrés : Coléotères staphylins notamment, mais surtout pour les Araignées avec 136 espèces inventoriées.
Il faut faire mention aussi de l'arrivée de l'Ecrevisse de Louisiane Procambarus clarkii depuis quelques années, espèce introduite invasive qui a impact important sur la végétation et la faune aquatique, malgré de nombreux prédateurs.

Gestion

Grâce aux acquisitions foncières publiques réalisées par le Conseil général de la Gironde (à l'aide de la taxe départementale sur les espaces naturels sensibles) et le Conservatoire du Littoral, les terrains forestiers sont gérés de manière à développer la diversité biologique et paysagère. Un article au sujet de cette gestion est parue dans le Sud-Ouest Nature n° 126 : "Restaurer la naturalité et la biodiversité de la forêt de l'étang de Cousseau". Il est disponible sur le site en cliquant ici.

Le site de Pro Silva et le blog forestier Pijouls.com

La gestion du marais est complété par l'action des herbivores domestiques rustiques réintroduits en 1990 (vaches de race Marine et poneys Landais). Ces animaux se déplacent naturellement entre la forêt des dunes anciennes, qui offre le refuge hivernal, et le marais où, durant l'été, l'abaissement de la nappe d'eau fait profiter une tendre et abondante végétation.

Conservatoire des races d'Aquitaine http://www.racesaquitaine.net/Accueil.html


Vache marine en forêt l'hiver. 

La découverte du site - accueil du public

  • La Réserve est ouverte au public toute l'année. Son accès s'effectue exclusivement à pied depuis le parking en bordure de la D 6E au lieu-dit "Marmande" (suivre le fléchage routier depuis Lacanau ou Carcans). Il est également possible de s'y rendre grâce au vaste réseau de pistes cyclables qui dessert la forêt domaniale de Lacanau.

Le sentier et la piste cyclable traversent la forêt domaniale sur 3 km avant d'aboutir aux portes de la Réserve. Dans la Réserve, une boucle de découverte est aménagée (demi-journée) elle comporte un sentier d'interprétation balisé.

Plot du sentier d'interprétation : La genette


Plot du sentier d'interprétation : Moustique

Elle vous permettra d'apprécier les différents paysages et milieux naturels, et vous mènera sur les rives de l'étang et à plusieurs points de vue remarquables.

  • Tout au long de l'année des visites guidées sont organisées.
    Le programme "Balades Nature" est disponible sur ce site.


La réglementation

Sont notamment interdits par le décret :

  • La circulation de tous les véhicules (y compris vélos) et des chiens non tenus en laisse.

  • La pêche, la chasse.

  • La cueillette des végétaux (y compris les champignons).

  • Le camping et le bivouac.

  • L'accès est limité aux sentiers balisés.

Informations pratiques

  • Pour ceux qui arrivent par les pistes cyclables, des parcs à vélos sont à votre disposition aux deux entrées, n'oubliez pas votre antivol !

  • Pour ceux qui viennent à pieds, de bonnes chaussures sont fortement recommandées car, il y a au minimum 6 kilomètres de marche.

  • Les chiens doivent être tenus en laisse dans la Réserve Naturelle.

  • Nous vous conseillons de prendre de l'eau, surtout en été.

Département Gironde(33)
Commune Lacanau
Création  1976
Superficie   610 ha
Gestionnaire SEPANSO
Propriétés : Conseil général de la Gironde, Conservatoire du littoral, Commune de Lacanau.

La vie sur la Réserve Naturelle de l'Étang de Cousseau.


retour haut de page