Image entête SEPANSO
Logo FNE

RETOUR AUX ESPÈCES INVASIVES

Frelon asiatique

Frelon asiatique

Classification Insectes
Nom usuel Frelon asiatique (dit à pattes jaunes)
Nom scientifique Vespa velutina nigrithorax
Région d'origine Asie
Dates et lieux d'introduction Milieu des années 2000, en Aquitaine.
Caractéristiques Le thorax est sombre, la face et le bout de l'abdomen sont jaune orangé, les pattes pendantes durant le vol sont brunes,avec les tibias et les tarses jaunes.
Sa taille, variable selon les périodes du cycle de vie, est légèrement plus petite que celle du frelon européen, dont la coloration ne permet aucune confusion.
Modes ou raisons de l'introduction Le premier nid a été observé en Lot-et-Garonne. Il est probable que son implantation soit antérieure à 2005 et que son expansion se soit faite à partir de plusieurs foyers d'introduction. Dès le printemps 2007, un nid a été détruit à Bruges dans un container de composants électroniques nouvellement arrivé d'Asie.
Biologie Habitat (encore mal connu)
Plutôt près des étangs, plans d'eau, rivières à faible courant : l’eau étant nécessaire pour la construction du nid en papier mâché. Il a également besoins de certains végétaux (encore méconnus) pour la construction et l’entretien des nids.

Alimentation
Variable selon les périodes de l’année :
- besoin de sucres (fruits, nectar) pour pallier les dépenses énergétiques en période d’activité.
- besoin de protéines pour nourrir le couvain, c’est la période de prédation des insectes. Il prélève aussi sur les cadavres d’animaux dont poissons.
Nuisances ou impacts occasionnés - Dangers pour l’Homme : agressif seulement lorsqu’on s’approche du nid. Sauf pour les personnes allergiques aux piqûres de ces insectes, le venin de Vespa velutina n’est sans doute pas plus dangereux que celui d’autres hyménoptères (guêpe, frelon européen, abeille).
- Perte économique : destruction des insectes dont les abeilles domestiques qui, par leur nombre, constituent des proies faciles. Il ne faut cependant pas l’accuser de toutes les pertes de ruchers dont les causes sont multifactorielles (parasites, pesticides….). Dommages aux fruits des vergers (comme les autres frelons et guêpes).
Moyens de lutte pratiqués - Destruction des nids à pratiquer avec précaution par un spécialiste, par exemple avec les perches équipées et permettant de pulvériser du dioxyde de soufre, moins dangereux pour la santé et l’environnement que les insecticides.
- Le piégeage  n’est pas recommandé, sauf à proximité des ruches, par les apiculteurs qui peuvent effectuer un relevé journalier et seulement au printemps jusqu’à fin Avril.  Aucun piège n’a actuellement  fait la preuve de son innocuité vis-à-vis des autres insectes.
Réglementation Aucune.

RETOUR AUX ESPÈCES INVASIVES