Image entête SEPANSO
Logo FNE

RETOUR AUX ESPÈCES INVASIVES

Lagarosiphon

 

Classification Phanérogames
Nom usuel Lagarosiphon

Nom scientifique

Lagarosiphon major
Région d'origine Afrique du Sud
Dates et lieux d'introduction Elle s'est implantée au Maroc, Nouvelle Zélande, Europe.
Introduction dans le Bassin Parisien.
Introduction au Jardin Botanique de Paris avant 1938.
Introduction dans le Sud-Ouest de la France : elle a été observée en 1965 sur le lac de Cazaux-Sanguinet à Port Maguide puis extension à partir de ce lac vers Parentis (1976), Biscarosse (1978), Lacanau (1988), étang de Léon, (1991).
Caractéristiques Plante immergée, feuilles caulinaires alternées, recourbées vers l'arrière (taille 0,8 à 2,5 mm).
Tiges grêles pouvant atteindre 5 mètres de longueur.
Elle forme des tapis denses à partir d'un rhizome vivace.
Les fleurs mâles et femelles sont très petites, de couleur rosée et situées à l'extrémité d'un long pédoncule.
La taille des racines peut dépasser 1 mètre.
Modes ou raisons de l'introduction Volontairement disséminée car à cette époque les hydrophytes étaient en voie de régression.
Aquariophilie (un site de vente de plantes aquatiques s'approvisionnant au Maroc était installé à Argenteuil).

Biologie

Habitat
Espèce d'eau stagnante ou à faible courant.
Profondeur maximale : 7 mètres (la pression hydrostatique inhibe la croissance).
Température optimale : 18°C.
Elle peut se développer entre 10°C et 25°C.
Reproduction
Reproduction sexuée : la fleur mâle se détache, flotte et rentre en contact avec la fleur femelle ouverte en surface.
Reproduction végétative : bouturage (souvent le bout de la tige est plus fragile).Au cours du développement de la plante certaines tiges perdent leur capacité à flotter. Elles évoluent horizontalement au fond en prenant la fonction de "rhizome" permettant ainsi la colonisation.
Nuisances ou impacts occasionnés Augmentation de la sédimentation.
Gêne dans la pratique de certains loisirs (pêche, nautisme).
Modification dans les cycles oxygène/ pH.
Modifications esthétiques.
Raréfaction de certaines espèces.

Moyens de lutte pratiqués

Arrachage
Réglementation Les phanérogames aquatiques sont exemptées de contrôle et de "passe-portisation" phytosanitaire ce qui permet de les faire circuler librement.

Informations complémentaires

Forte vitalité grâce à sa capacité à faire la photosynthèse.
Capacité à accumuler certains métaux (cuivre, plomb, manganèse, arsenic,...).
Autres végétaux importés Séneçon du Cap (Senecio inaequidens)
Myriophylle du Brésil (Myriophyllum aquaticum)
Spartine de Townsend (Spartina townsendii)
Jussie (Ludwigia palustris (endémique), Ludwigia peploides et Ludwigia Grandiflora)

RETOUR AUX ESPÈCES INVASIVES